Hanxu: La communication detournee

Publié le par Minglan

Je viens d'avoir une longue discussion avec mon mari chinois sur la communication detournee en Chine. Je pense qu'il ne faut jamais etre extreme sur la Chine: ni etre totalement culturaliste et croire que tout s'explique par la culture, ni totalement universaliste et penser que les categories sont simplement humaines. La communication de type detournee me semble etre un de ces exemples: elle existe dans tous les pays (en France, par exemple, on ne dira pas a quelqu'un: "Oh! Qu'est-ce que tu as grossi!"), mais elle semble particulierement utilisee en Chine, et dans tous les cas, elle semble mettre en jeu des rapports communicatifs particuliers.
J'en donne ici quelques exemples:

Terminer une conversation
1. Tu as mange?
J'etais en train de parler avec mon mari (reste en Chine, alors que je suis en France) au telephone depuis une heure, quand il me demande: "Tu as mange?". Je lui reponds que oui, et lui raconte ce que j'ai mange. Il rit alors en me disant que sa question etait un test pour voir si j'allais comprendre sa question. En fait, il voulait me faire comprendre qu'il etait l'heure pour lui d'aller manger et que nous devions stopper la conversation. S'en est suivi finalement une plus longue conversation sur le sujet, ou nous avons discute des autres cas ci-dessous.

2. Il est tard, tu dois etre fatigue
Mon mari me raconte que la veille, il telephone a sa mere, assez tard le soir. Pour indiquer qu'il souhaite finir la conversation, il dit a sa mere: "Il est 22h, tu veux sans doute aller dormir". Sa mere comprend tout de suite le sens de la phrase, puisqu'elle lui repond: "Oui, il est tard. Tu veux sans doute telephoner a Minglan".

3. Tu dois avoir du travail

Mon mari me raconte comment font habituellement ses amis quand ils veulent terminer une conversation: "Continue ton travail, je suis desole de t'avoir pris tant de temps".
Il m'explique que lui avant ne savait pas terminer les conversations ainsi, mais qu'il a appris en observant que tous les Chinois le faisaient.
Remarque: En France aussi, il semble qu'on cherche des excuses pour terminer une conversation poliment. Mais il me semble que les excuses sont plus portees sur le "je" (j'ai quelque chose a faire), que sur le "tu". A verifier dans les recherches sur le sujet.


Ne pas contredire

1. Changer de sujet
Je raconte a mon mari un evenement ou j'ai fait une importante erreur de communication. J'etais avec mes camarades de doctorat chinois a diner autour d'une table. Deux de mes camarades, qui sont meme des amis, qui avaient rencontre la veille avec moi une de mes amies chinoises, qui est obese, ont commence a parle d'elle et a se moquer en lui donnant un surnom qui ne m'a pas plu du tout. Je n'ai pas supporte leur attitude et je leur ai dit directement (1ere erreur) en m'enervant un peu (2eme erreur): "Cette fille est tres gentille et tres intelligente, et c'est mon amie, vous ne pouvez pas dire des choses comme cela alors qu'elle n'est pas la, et devant moi en plus". Il y a eu un silence genant autour de la table, et le lendemain un autre camarade m'a envoye un email en me disant qu'il m'admirait beaucoup d'avoir ose defendre mon amie devant tout le monde. Je crois que je referais la meme chose si cela recommencait, car j'ai du mal a controler mon caractere. Ceci dit en faisant cela, j'aurais pu perdre mes deux amis, a qui j'ai fait perdre la face devant tout le monde. Mais ils sont finalement plus ouverts que moi et ne m'ont jamais reproche quoi que ce soit.
J'ai demande a mon mari son avis. Il m'a dit que premierement, en parlant de la sorte, tout de suite, cela detruisait la relation (guanxi) que j'avais avec mes deux amis, pour etre plus exacte, il m'a plutot dit qu'immediatement ma relation avec eux devenait mauvaise.
Je lui ai alors demande comment il aurait fait si cela avait ete lui, puisque cette amie est aussi la sienne. Il m'a dit que:
- s'il avait voulu parler de maniere directe, il aurait dit: "Ne parlons pas de ca" (women bu shuo zhe ge ba).
- mais en general, on parle de maniere moins directe, en choisissant, soit de mettre en avant les qualites de la jeune femme, mais indirectement, du style: "J'ai une autre amie qui est obese, et elle est heureuse et a eu plusieurs petits amis", soit en parlant carrement d'autre chose. Dans ce cas, les autres comprennent que l'on n'est pas d'accord et qu'il faut changer de sujet.

2. La these avant l'antithese
Pendant mes etudes a Tsinghua aupres de mon directeur de recherche chinois, j'ai pu observer comment mes camarades chinois faisaient pour contredire le professeur de maniere indirecte (car j'ai la aussi commis de nombreuses erreurs, en contredisant directement le professeur comme on fait en France!). C'est toujours la meme technique qui est utilisee: on commence sa phrase en disant d'abord que l'idee (developpee par le professeur) est tres bonne, puis on place un "MAIS" et ensuite son idee. Pour que la contradiction apparaisse moins, on peut nuancer en placant des "quelques fois", ou "il semble que", etc.


La communication detournee: un apprentissage pour les Chinois aussi
Je n'ai jamais vu d'ouvrages chinois sur la question!! Le seul excellent ouvrage qui existe a ce sujet est celui de Francois Jullien, "Strategies du sens en Grece, en Chine", dont je conseille vivement la lecture.
J'ai une amie chinoise qui sait tres parler de la sorte, c'est-a-dire: (1) ecouter plutot que parler, (2) valoriser la face d'autrui, et (3) utiliser l'allusion pour s'exprimer. Je lui ai deja dit qu'il fallait qu'elle m'enseigne ses techniques un jour.
Le probleme n'est pas seulement a reussir a s'exprimer de la sorte, mais aussi a comprendre le sens cache derriere l'allusion. Voici une anecdote que m'a aussi raconte mon mari.

Un de ses amis chinois travaille dans une entreprise americaine, ou il s'est habitue a la communication directe, notamment entre les echelons hierarchiques. Se demandant comment cela se passe dans les entreprises traditionnelles d'Etat chinoise, il demande a un de ses amis d'enfance, qui a une position tres elevee dans une de ces entreprises: "Tu es a un poste tellement eleve, est-ce que parfois tu esperes que tes subordonnes te donnent des conseils, et si oui, comment les prends-tu en compte?". Son ami lui repond: "Bien sur que recevoir des conseils de ses subordonnes est tres bien, quand ils m'en donnent, je les ecoute attentivement et je les note aussi sur un cahier". Puis il ne dit plus rien. Le premier se demande quel est le sens de cette reponse. Comme il n'est pas sur, il raconte la conversation le soir a son frere, qui travaille aussi dans une entreprise d'Etat, mais a un petit echelon, et lui dit qu'il n'a pas tres bien compris ce que cette reponse signifiait. Son frere lui repond alors: "Quoi? Cette reponse est tellement claire, et cependant tu ne comprends pas??? Il voulait dire qu'il n'aimait pas recevoir de conseils de ses subordonnes".

Ce qu'il est important de comprendre ici n'est pas la reponse meme, mais plutot le fait qu'une telle reponse intervienne dans une conversation entre amis d'enfance.
Il me semble, mais c'est naturellement a verifier, que ce genre de reponse si detournee qu'elle est antithetique (mais pas ironique, car dans l'ironie on donne des elements au locuteur pour faire comprendre qu'il y ironie, comme le ton, ou l'exageration dans les termes employes, etc., ce qui n'est pas le cas ici), pourrait intervenir dans une conversation entre deux personnes qui se connaissent peu, ou entre des amis lorsque le sujet, comme ici, atteint directement la position et la face de l'interlocuteur.
Lorsqu'il s'agit de personnes se connaissant bien, et si le sujet n'est pas problematique, la communication sera plus directe. Ainsi mon mari me parle souvent de maniere directe lorsqu'il veut terminer une conversation, mais c'est aussi parce que je suis Francaise, puisqu'il ne le fait ni avec ses amis, ni avec sa mere.

Une derniere remarque, c'est qu'en France aussi, nous avons beaucoup de communications detournees (changer de sujet, etc.). Simplement, les types de situations ou elles interviennent ne sont pas les memes.


Publié dans Vie quotidienne

Commenter cet article