Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Recherche

Recommander

La Chine et le chinois

Mercredi 11 janvier 3 11 /01 /Jan 19:02
Un voyage a Guilin pour 200 yuans!
Vocabulaire chinois du programme



Guilin, un des plus beaux endroits de la Chine,
qui continue d'inspirer peintres et poetes.
Source de l'image: http://bbs.macd.cn/viewthread.php?tid=78211



Il y a un mois, un message etait apparu sur le tableau d'affichage de notre dortoir: un voyage dans le sud de la Chine, a Guilin, Yangshuo et Wuhan, etait organise sur cinq jours du 14 au 19 janvier 2006 par le bureau des relations internationales de l'universite.
La premiere fois que je vis la proposition, j'hesitais a m'inscrire, car le prix etait d'environ 250 euros, et le voyage etait uniquement organise pour les etudiants etrangers. Je preferais plutot utiliser mon argent pour me rendre chez des amis chinois en province. Mais je changeai bientot d'avis, en voyant une note qui disait que si l'on avait obtenu une bourse du gouvernement chinois, l'on avait droit a une remise. Et pour les rares chanceux qui, comme moi, avaient obtenu une bourse de deux ans, nous n'avions qu'a payer... 200 yuans!
Vous ne revez pas, 200 yuans, 20 euros, pour un voyage de 5 jours dans des endroits de reve... Je n'hesitai plus du tout!
Le gouvernement chinois, ou plutot, ici, les universites qui nous accueillent, font vraiment bien les choses et tentent toujours de s'occuper de nous. Par exemple, lorsque fin decembre j'ai fait la "presentatrice" de spectacle avec d'autres etudiants, le bureau des etudiants etrangers a souhaite nous remercier de notre travail en nous offrant un petit cadeau, cela m'a touchee car apres tout, cela faisait partie des services que nous pouvions rendre naturellement.


Avant-hier, l'on nous a donne le programme du voyage, qui est plutot charge! On fera plus de 5000 km en 5 jours!! C'est un voyage comme souvent les Chinois aiment effectuer: on ne reste qu'un jour a chaque endroit, et l'on visite rapidement les endroits "clefs". C'est ainsi que lorsque les Chinois viennent faire du tourisme en Europe, ils visitent 3 ou 4 pays en une semaine... impressionnant!!


------------------------------

Un peu de vocabulaire pour lire le programme






Les villes nommees sur le programme

北京 Beijing = Pekin
桂林 Guilin = Guilin
武汉 Wuhan = Wuhan
武昌  Wuchang = Wuchang (un des trois quartiers de Wuhan)
漓江  Lijiang = Lijiang

阳朔  Yangshuo = Yangshuo


Le vocabulaire du programme

Dans le titre:

旅游 lvyou = voyage, voyager

日程 richeng = programme

安排 anpai = organiser, organisation arrangement



Dans le tableau:


- L'expression du temps:

日期 riqi = jour

星期 xingqi = semaine


yue = mois

ri = jour

1月 yi yue = janvier

yi = 1
er = 2

san = 3
si = 4
wu = 5
liu = 6

星期一 xingqi yi = lundi (1er jour de la semaine)
星期二 xingqi er = mardi
星期三 xingqi san = mercredi
星期四 xingqi si = jeudi
星期五 xingqi wu = vendredi
星期六 xingqi liu = samedi
星期日 xingqi ri = dimanche

Mais ici, dans le programme, c'est ecrit en abrege:

Ainsi, dans 1月14日(六), 1 yue 14 ri (liu), (六)(liu) est l'abreviation de 星期六,xingqi liu : samedi. L'ensemble signifie donc: 14 janvier (samedi).
Et , 1月15日(日)1 yue 15 ri (ri) signifie: 15 janvier (dimanche)


Vous remarquerez aussi que les heures sont notees comme nous (de 1 a 24), mais avec deux points pour separer les heures et minutes, et que les dates sont ecrites a l'envers: annee / mois / jour.



- Le vocabulaire du voyage



Examinons la premiere ligne, du 14 janvier. Il est ecrit:


13:30  从紫荆公寓22号楼前上车去北京西站,
16:16  乘T5次列车赴桂林

13:30 cong Zijing Gongyu 22 hao lou qian shang che qu beijing xi zhan,
16:16 cheng T5 ci lie che fu Guilin


Decoupons la phrase, qui est tres longue:

13:30
从紫荆公寓22号楼前 cong Zijing Gongyu 22 hao lou qian
上车 shang che
去北京西站 qu beijing xi zhan


16:16
乘T5次列车 cheng T5 ci lie che
赴桂林  fu Guilin


Commencons par la premiere partie

13:30
从紫荆公寓22号楼前  cong Zijing Gongyu 22 hao lou qian


cong = a partir de... (moment ou endroit)
紫荆公寓22号楼 Zijing Gongyu 22 hao lou = Bat. 22 du Compound Zijing (nom de l'ensemble forme par des dortoirs des etudiants)
    紫荆公寓 Zijing Gongyu = Compound Zijing
    22号 22 hao = numero 22
    楼
lou = batiment
qian = devant

En chinois, on met toujours le complement AVANT ce qui est complete, c'est le contraire du francais.

紫荆公寓22号楼前 Zijing Gongyu 22 hao lou qian
= Devant le Bat. 22 du Compound Zijing


-------

上车 shang che
shang = monter (sens premier, mais aussi sens figure. Ici, signifie: monter dans un vehicule)
che = vehicule
La langue chinoise est souvent floue. Ici, l'on devine que nous allons monter dans un bus.

-------

去北京西站 qu beijing xi zhan

qu = aller


北京西站 Beijing xi zhan = Gare de l'Ouest de Pekin
    北京 beijing = Pekin
    西 xi = Ouest
    站 zhan = station (ici, abreviation de 火车站 huoche zhan = "station de train", donc: gare)

-------

Dans la phrase, le mot ", cong" (a partir de) est a relier avec ", qu" (aller). Il faut comprendre qu'il y a un deplacement qui est indique: d'un endroit vers un autre.

On peut traduire cette partie ainsi:
13h30 : Depart en bus devant le Bat 22 du Compound Zijing pour se rendre a la gare de l'ouest de Pekin.



Deuxieme partie

16:16
乘T5次列车 cheng T5 ci lie che
赴桂林  fu Guilin


--------

乘T5次列车  cheng T5 ci lie che

    乘 cheng = monter dans un vehicule (on le dit en general pour un train ou un bus)
    列车 lieche = train
En fait, en chinois il y a deux manieres dire "train", et vous comprendez l'interet de la langue chinois en voyant leurs differences::
    火车 huoche = train (le mot se trouve dans la colonne de droite)
        火 huo = feu
        车 che = vehicule
    列车 lieche = train
        列 lie = aligner
        车 che = vehicule

Dans un des mots, l'idee reste encore le train a vapeur, alors que dans l'autre, l'accent est mis sur le fait qu'un train est constitue de plusieurs vehicules alignes.

T5次 T5 ci
    T5 = le numero du train
    次 ci = peut etre traduit par "numero"

N'oubliez que l'ordre des termes est inverses:
Pour dire: "train numero T5", on dit en fait ici: "T5 numero train"

-------

赴桂林 fu Guilin
    赴 fu = aller (langage soutenu)
    桂林 Guilin


-------------

Voici donc la phrase eclaircie:

13h30 : Depart en bus devant le Bat 22 du Compound Zijing pour se rendre a la gare de l'ouest de Pekin,
16h16, Montee a bord du train T5 pour se rendre a Guilin.




Herbergement


La colonne de droite sert a nous dire a quel endroit nous serons heberges chaque jour. Ce qui est interessant, c'est de voir que sur cinq jours, trois sont ecrits de la meme maniere:

火车上 huoche shang
火车 huoche = train
shang = ici, signifie "dans"
D'ou... 火车上 huoche shang = dans le train !!!


En effet, nous allons passer trois nuits dans des trains. Moi, cela me convient tout a fait. Nous serons en couchettes dures, qui sont tres confortables et propres... Mais cela, je vous en parlerai plus tard, dans un article consacre aux trains.


Resume du programme:


le 14/01 : Depart de Pekin l'apres-midi. Train pour Guilin : 22 heures de voyage
le 15/01
: On arrive a Guilin a 14h30 et l'on visite quelques endroits

le 16/01: Nous passons a Lijiang et Yangshuo, puis revenons a Guilin
Le soir, nous prenons le train pour Wuhan (Wuchang, qui est un des trois quartiers de la ville)
le 17/01: Nous arrivons a Wuhan et visitons le musee du Hubei
le 18/01: Nous continuons de visiter Wuhan, puis le soir nous reprenons le train, pour arriver a 7h du matin a Pekin



Sous le tableau, les conseils habituels nous sont donnes:


- emporter le passeport et la carte d'etudiant ainsi que nos affaires personnelles
- emporter suffisamment a manger pour le voyage jusqu'a Guilin (plus de 20 heures de voyage)
- emporter de quoi se vetir chaudement et se proteger contre la pluie
- demander la permission aux professeurs si l'on veut sortir seul et revenir le soir a l'hotel
- faire attention a la securite dans le train
- s'organiser pour respecter les horaires indiques.


------------------



Je vous raconterai plus tard le detail du parcours sur une carte geographique.
En attendant, vous pouvez vous rendre sur le site du gouvernement de Guilin pour le tourisme:
http://www.guilin.com.cn

Ou regarder la carte avec les endroits a visiter:
http://www.guilin.com.cn/cn/map/map.htm



Par Minglan - Publié dans : La Chine et le chinois
Voir les 0 commentaires
Mercredi 4 janvier 3 04 /01 /Jan 19:39
暖气, nuanqi, 炕, kang et 吃苦, chiku
Le chauffage dessine les paysages urbains

de la Chine du Nord




Un temps a neige se prepare fin decembre




Apres un temps qui annoncait l'arrivee de la neige des le 21 decembre, nous eumes l'agreable surprise de la voir tomber le samedi 31 au matin, a flocons drus. Elle ne tint pas longtemps au sol, mais le froid de l'hiver, lui, decida de rester nous tenir compagnie.

Heureusement qu'en Chine du Nord il y a le 暖气, nuanqi, CHAUFFAGE. Notre precieux compagnon de l'hiver, que tout le monde attend avec impatience a partir de novembre, ne vient pas entre nos quatre murs par magie.

En Chine du nord, la plupart des foyers urbains ont le chauffage central, fourni par la municipalite. Avant, le chauffage etait fourni gratuitement, mais naturellement cela a change.
A la campagne, dans le Hebei ou dans le Heilongjiang, la province la plus au nord de la Chine qui jouxte la Russie, les maisons que j'ai visitees avaient le chauffage central. Cependant c'etait des maisons de paysans sans doute plus aises que d'autres, car ils etaient a proximite de
lieux touristiques. Ces maisons avaient cependant encore leur kang. Le 炕, kang, c'est un lit chauffant: en realite, c'est une sorte de grande estrade en briques (et carrelage par-dessus), fermee, avec juste un trou en bas pour pouvoir y mettre du bois que l'on fait bruler. On fait donc chauffer le kang par dessous, et ainsi on peut dormir au chaud... Au chaud, c'est le cas de le dire. Mes amis m'ont dit que les kangs etaient si brulants qu'il etait difficile de s'y coucher dessus!
Le kang etait le moyen de chauffage tradionnel en Chine du Nord. Il est toujours utilise aujourd'hui dans certains endroits. Pour ceux qui ont la chance d'avoir le chauffage central, le kang continue de servir, comme avant, de lit sureleve et parfois de lieu pour le repas: on y place une table basse et l'on mange a plusieurs autour, assis en tailleur.


Dans les appartements modernes des villes, plus de kang. A Pekin, l'on est bien chauffe, trop bien meme. Souvent les chaudieres fonctionnent a plein regime et la chaleur est etouffante. Comme l'on ne peut pas regler le chauffage apparemment, l'on assiste a une depense d'energie inimaginable: l'autre jour, en entrant dans un bureau de l'universite, j'ai decouvert que les employes, pour avoir moins chaud avaient mis... la climatisation a fond!! Rien de mieux pour gaspiller de l'energie et attraper un bon rhume!
Le chauffage a Pekin, comme dans les autres villes du Nord, est fourni par des centrales reparties par groupes d'immeubles, et fonctionnant pour la plupart au charbon.
Ainsi, il est inutile de chercher longtemps dans quel paysage desole a ete prise la photo ci-dessous...





Il s'agit tout simplement de la centrale de mon universite vue depuis la route exterieure!!
La premiere fois que je suis passee devant, j'ai cru qu'il s'agissait d'une usine, tant est grande la cheminee, haut le tas de charbon et immense le terrain vague autour! C'etait encore plus impressionnant parce qu'il faisait nuit. L'arbre sur la photo sert d'echelle pour vous donner une idee de la hauteur de la cheminee.

A ce moment-la, le chauffage n'etait pas encore en marche. Mais a present, un grand panache de fumee s'eleve nuit et jour de la cheminee. La photo ci-dessous a ete prise le 31 decembre a l'entree de la centrale de l'universite, non loin de mon dortoir. Les enormes tuyaux que vous apercevez vous rappelleront le paysage industriel de Dashanzi, le quartier rehabilite par des artistes dont je vous avais parle dans mon precedent article. Zigzaguant autour de la centrale, ils servent a acheminer le chauffage dans l'universite.






Quand je regarde le paysage depuis ma fenetre au 9eme etage, je vois les panaches de fumee qui s'envolent vers le ciel depuis les hautes cheminees dispersees dans le quartier... C'est un paysage tres particulier, gris, industriel, qui rappelle le passe recent
de la Chine a la gloire de l'industrialisation de masse.



Ainsi, ou que vous alliez dans Pekin, vous tomberez sur ces cheminees gigantesques, inattendues, entre deux groupes d'immeubles. L'on a beau savoir leur presence, leur imposant profil qui se decoupe soudain dans le ciel au detour du virage d'une route ne manque pas d'impressionner.




Ces cheminees deviennent le symbole d'une Chine entre le passe et l'avenir qu'elle se prepare. Ainsi sur la photo ci-dessous, je sors
d'un grand building de verre hyper-moderne avec son design high-tech pour apercevoir juste en face de la rue un ensemble architectural des annees 70-80 qui rappelle beaucoup de paysages industriels des pays de l'Europe de l'Est.



Le probleme, naturellement, est celui pose par la pollution. Les chiffres sont inquietants, mais sont beaucoup moins parlants que la vision de la realite: ces immenses tas de charbon que l'on apercoit, destines a l'alimentation des centrales, comme celui destine a la centrale de l'universite, en noir au fond de la cour, et qui doit bien faire 3-5 m de haut...




Malheureusement, cette pollution fait notre confort de tous les jours. Le chauffage n'est disponible qu'au nord du fleuve bleu (ou du fleuve jaune? j'ai un doute soudain, a verifier...). Or certaines villes du sud de la Chine sont quand meme fraiches en hiver, parce qu'il y fait humide. Un ami qui travaillait a Ningbo m'avait dit il y a deux ans qu'il n'avait pas de chauffage central dans son appartement, et qu'il y faisait 5 degres!! Il pouvait bien utiliser la climatisation en mode inverse, mais cela consommait tant d'electricite que les factures etaient astronomiques. Il s'etait donc resolu a passer l'hiver en grelottant...
Tout le monde n'a pas non plus la chance d'avoir le chauffage en Chine du Nord, meme dans la ville, parfois parce qu'il n'est pas installe, parfois par choix economique. Un ami chinois m'avait dit qu'a ses debuts, quand il avait monte son entreprise avec quelques amis, ils n'avaient pas beaucoup d'argent et avaient donc installe leurs bureaux dans un immeuble non termine, sans vitres aux fenetres. Ils avaient passe 6 mois ainsi, donc quasiment tout l'hiver. Vous pouvez aisement imaginer la temperature qui regnait a l'interieur quand a l'exterieur il faisait jusqu'a -10 degres...

Ce genre d'anectdote me fait souvent penser combien les autres amis chinois avec je parle ont raison: ils me disent souvent:
"Nous les Chinois, 我们会吃苦, women hui chiku, nous savons manger la poussiere, endurer les difficultes"...
, chi = manger
, ku = amertume / peine, misere, souffrance

Je pense a cela tous les jours quand, apres avoir ete giflee par le vent glacial pour avoir parcouru la fac ou la ville en velo, je retrouve une chambre douillette et (la plupart du temps) bien chauffee!!
Par Minglan - Publié dans : La Chine et le chinois
Voir les 0 commentaires
Vendredi 11 novembre 5 11 /11 /Nov 00:00

Le nom des mascottes des JO 2008 a Pekin
Un jeu de mot facile a apprendre

  

 
Source: www.cctv.com.cn

 

Ce soir la television retransmettait une soiree pour celebrer les 1000 jours restant avant le debut des JO en 2008, qui occupent une bonne partie des "clips", chansons, activites et evenements diffuses a la television (par exemple jeu televise ou les candidats doivent repondre a des questions tout en courant sur un tapis roulant!). A cette occasion, de nombreux officiels etaient invites, et pour la premiere fois le public put voir les mascottes apparaitre.
Les mascottes, au nombre de cinq comme les anneaux olympiques dont elles arborent les couleurs, representent chacune un element et une tradition chinoise. Je vous parlerai de ce qu'elles representent un peu plus tard. Ce soir je me concentre seulement sur leurs noms, car ils forment un jeu de mots.


福娃 fuwa = (on peut traduire par:) mascotte
 fu = bonheur
 wa = poupee

----------

Nom de la 1ere mascotte (en bleu): 贝贝 Beibei
bei = coquillage
Mais en chinois, le mot "贝贝, beibei" un "petit nom" souvent utilise pour les enfants.

----------

Nom de la 2eme mascotte (en noir)晶晶 Jingjing
jing = cristal
"晶晶, Jingjing" est un prenom courant en Chine.

----------

Nom de la 3eme mascotte (en rouge): 欢欢 Huanhuan
huan = joie, joyeusement

----------

Nom de la 4eme mascotte (en jaune): 迎迎 Yingying
ying = accueillir
----------

Nom de la 5eme mascotte (en vert): 妮妮 Nini
Le caractere " ni" n'a pas de sens a proprement parler ici, mais c'est un caractere souvent utilise dans les prenoms feminins, car sa premiere partie correspond au caractere "femme" (qui s'ecrit: ).

----------

Ce qui est interessant, c'est lorsqu'on reunit la prononciation de tous ces prenoms ensemble:

贝贝 晶晶 欢欢 迎迎 妮妮
Beibei Jingjing Huanhuan Yingying Nini

En fait, en Chine on double souvent les caracteres pour donner un aspect "mignon", plus doux (ce qui va bien avec les mascottes, qui representent des enfants).
Par exemple, pour dire "beau" ("漂亮, piaoliang"),
on va doubler chaque caractere: "漂漂亮亮, piaopiao liangliang".


Donc, si on veut comprendre le sens de la phrase ou tous les caracteres sont doubles, il faut effectuer le processus inverse et revenir a un seul caractere par prenom:

贝   晶   欢     迎   妮

Bei Jing Huan Ying Ni


Mais en chinois, la prononciation est la meme que pour:

北京欢迎你

Beijing Huanying Ni

北京 Beijing = Pekin
欢迎 huanying = souhaiter la bienvenue
ni = te, vous


Voici donc ce que signifie le nom des mascottes:


 北京欢迎你!
Beijing huanying ni !
Pekin vous souhaite la bienvenue!




Comme l'on fait remarquer les presentateurs a la tele, ces mascottes feront apprendre un peu de chinois aux etrangers.
Voila qui est fait, et vous avez l'info en avant-premiere, car je poste mon message avant meme que les informations paraissent en anglais et en francais.


Si vous voulez lire les premiers articles chinois a ce sujet, vous devez vous rendre sur le site de CCTV, car pour l'instant la presse n'a pas encore diffuse la nouvelle.

http://www.cctv.com.cn 
http://www.cctv.com.cn/news/special/C14895/01/index.shtml

 

 

Par Minglan - Publié dans : La Chine et le chinois
Voir les 0 commentaires
Jeudi 3 novembre 4 03 /11 /Nov 00:00

J'en ai marre!

Ou ma difficile adaptation aux regles
de la face, du consensus et de l'art du biais en Chine

 


 

 


Hier soir, c'etait un soir "j'en ai marre". Des soirs comme ca, on en a parfois quand on vit a l'etranger. En Chine, j'ai toujours l'impression que cela fonctionne par cycle. C'est un peu comme un pendule, que l'accumulation de petits "j'en ai marre" ferait soudain prendre de l'amplitude de maniere inattendue.
Cela me rappelle une amie chinoise en France qui avait parfois des reactions violentes: "Mais j'en ai marre de la France!! et j'en vraiment marre des Francais!!!". Un de ses amies chinoises, en France, elle aussi, avait je crois trouve la bonne solution pour "se retrouver" le soir: a partir de 20h, elle refusait de parler francais. A ses interlocuteurs de s'adapter, et s'ils ne parlaient pas chinois, tant pis pour eux.


Heureusement, pour les soirs "j'en ai vraiment marre", j'ai quelques remedes que je conserve precieusement dans mon placard: quelques sachets de "soupe de poisson" lyophilisee importes de France et quelques mini-sachets de Carensac, ces bonbons a la reglisse introuvables en Chine.
Mais au fait, pourquoi une soiree j'en ai marre? Parce que parfois je n'en peux plus de devoir m'adapter; et surtout, cette fois-ci cela concernait le fait de ne pouvoir etre moi-meme a cause de deux elements de la culture chinoise opposes a ma nature: la face et le consensus.

 

 

L'harmonie avant tout

 


En Chine, l'harmonie dans le groupe, peu importe lequel, passe avant le reste. Cela signifie notamment que l'on ne peut rien critiquer.
Par critiquer, j'entends simplement: mettre en question, meme pas critiquer de facon acerbe.

Ne pas aborder les sujets desagreables

Les sujets peu agreables ne sont pas abordes. Cela vaut naturellement pour certains sujets, comme la grippe aviaire, dont on parle pour l'Europe, mais pas pour le pays lui-meme, mais cela est egalement le cas pour tous les sujets de la vie quotidienne. Ce n'est pas une question politique, mais une question culturelle, celle liee a la face.


Je me rappelle qu'une fois j'avais visite les dortoirs d'une universite, qui etaient en tres mauvais etat, ce qui etait inattendu car l'universite etait tres renommee. J'avais exprime ma surprise a un ami de cette universite. Mais celui-ci, pourtant habitue a notre mode de pensee, avait tres peine parce que je parlais des problemes de cette universite. Comme il me disait, c'etait son universite et il en etait tres fier; il me demandait de ne pas parler des problemes a d'autres personnes.


Exprimer sa gene

Un professeur qui nous faisait cours a cependant eu une attitude differente. Il nous parlait du probleme de l'image des entreprises, et notamment par rapport a la securite des populations environnantes, nous citant plusieurs exemples d'explosions en Chine, mais aussi un exemple d'explosion en Afrique. Il expliquait a propos de l'exemple africain: "Vous ne le saviez peut-etre pas, car on ne fait pas de rapport sur cela. Mais moi je pense qu'il faut rapporter ces evenements, c'est le seul moyen de s'ameliorer".
Sa reaction sort de l'ordinaire. D'ailleurs, il est rare qu'un Chinois dise: "Personnellement, je pense que...", du moins lorsqu'il parle devant des personnes qu'il connait peu.
L'attitude plus courante est representee par l'exemple d'un autre professeur. Etudiant devant nous un cas d'entreprise, il nous a montre les details du projet de l'entreprise. Parmi ceux-ci, il avait des actions de lobbying que l'entreprise souhaitait mener. Arrivant a ce point, le professeur a effectue quelques commentaires, puis a dit, "Ce n'est pas facile d'en parler", avant de passer au point suivant. La gene devant un sujet se traduit souvent en Chine par la phrase-clef:
" 不好说, bu hao shuo""Ce n'est pas facile a dire".

 

 

Se controler, recevoir et retourner des compliments

 

Ce qui m'embete avec ces histoires de face, c'est que cela m'oblige a des efforts de chaque instant: Est-ce que je peux dire ce que je suis en train de dire? Est-ce que je donne suffisamment de face a mon interlocuteur? Est-ce que mon attitude est suffisamment reservee? Est-ce que dire cela est malpoli?

Controler ses gestes

Je ne peux rien faire naturellement, je dois toujours me controler. Or je ne suis pas intravertie de nature. D'ailleurs, ma nature prend l'occasion de la moindre seconde d'inattention pour revenir au galop et dire la phrase qu'il ne fallait pas dire, ou faire un geste qu'il fallait reprimer.

Je crois qu'il n'y a qu'une solution: ne rien dire, et ne rien faire. Pour les gestes, j'ai trouve une solution: quand je suis assise, je place mes mains sous mes jambes, ainsi je ne suis pas tentee d'accompagner mes paroles par des gestes, qui sont percus comme de l'aggressivite en Chine.


Le jeu des compliments

Mais pour les paroles, il n'y a pas de reelle solution, car se taire est aussi malpoli. En effet, il faut toujours donner de la face a son interlocuteur par des compliments. Votre interlocuteur vous "offre" un compliment comme un geste d'amitie, et vous devez faire pareil, apres avoir marque votre humilite. Le but etant toujours de se placer en position inferieure face a celui qui a pris l'initiative du premier compliment, afin de le surelever par comparaison, et de dire en gros: "Je ne suis pas digne de votre compliment, mais je vous prie de recevoir le compliment que je vous offre".

Mon probleme, c'est que parfois je suis a court d'idees, et que du coup, quand on me dit un compliment, je ne sais pas quoi dire a part marquer mon humilite par: "mais non, mais non".
Il en existe pourtant des phrases a dire: "Vous etes tres beau/belle", "Vous avez un tres beau teint", "Vos cheveux sont d'un noir profond", "Vous avez un tres beau prenom", "Vous etes tres intelligent/e"... En fait, je devrais me promener avec une liste de compliments a faire a la main, que je choisirais au hasard. S'il y a parmi vous quelqu'un pouvant me programmer un generateur automatique de compliments, je suis preneuse...
Bon, en meme temps, cela donnerait des dialogues surrealistes:
Elle: "Vous etes vraiment tres belle"
Moi: "Vos cheveux sont tres intelligents"
Elle: "Mais moins que votre main gauche"
Moi: "Mais ma main gauche n'a pas le teint laiteux de vos yeux".
... je me demande ce qu'on peut dire quand on en arrive aux pieds: "Vos pieds sentent la rosee du matin" ?? Et dans ce cas, comment decliner le compliment? "Non, non, non, mes pieds sentent le fumier et n'ont pas la finesse de vos honorables orteils".



La fonction phatique de la communication


En plus, parfois le "j'en ai marre" apparait par le fait que les compliments que l'on m'adresse sont l'exact contraire de la realite:
Vous avez le teint blafard et des cernes sous les yeux? On vous dit: "Vous etes vraiment tres beau!". Vous savez dire seulement "bonjour" en chinois? On vous dit: "Vous parlez tres bien chinois!". Vous vous etes roule dans la poussiere et vos vetements sont froisses: "Que vous etes elegant!".

Et puis, quand les gens vous posent des questions sur votre vie, "Ou sont tes parents?", "Ou etudies-tu?", il ne s'agit pas en fait de vraies questions, ou les gens sont interesses par ce que vous dites. Le contenu des questions, et les reponses, importent peu, la fonction etant seulement phatique, c'est-a-dire d'amorcer ou de maintenir la communication. Je sais tout cela, mais il m'arrive encore souvent de me faire avoir et d'etre decue quand je vois qu'en fait ma reponse ne doit faire qu'une phrase, et qu'a la deuxieme phrase mon interlocuteur m'ecoute par pure politesse et non parce qu'il est interesse par la France.
Bien sur, ce n'est pas tout le temps comme cela, mais quand j'en arrive aux soirs "J'en ai marre!!", j'ai tendance a amalgamer un peu.

 

 

Conseiller = critiquer


Impossible de conseiller un "superieur"

La face et le besoin d'harmonie qui obligent au consensus m'empechent aussi de donner des conseils (et d'en recevoir). Ce qui est bien genant quand on fait de la recherche, etant donne que la critique est a la base du processus de recherche.
Par exemple, j'ai un camarade de doctorat qui semble apparemment superieur a moi (sans doute parce qu'il est un peu plus age, qu'il est diplome de l'universite et y a deja enseigne), mais qui n'a jamais fait de recherche et qui se trouve donc confronte aux memes problemes que moi au tout debut. J'ai une partie des reponses a ses questions, mais a chaque fois que je veux lui donner un conseil pour l'aider, je vois bien que je lui fais perdre la face. C'est terrible, cela me met tres mal a l'aise a chaque fois, mais en meme temps je trouve dommage qu'il ne puisse pas profiter de mon experience. Combien de fois j'ai moi-meme discute avec des doctorants en France pour avoir leurs critiques et conseils sur les chemins que j'empruntais!

La Coree, plus traditionnelle

Ceci dit, la face n'est rien a cote de l'importance qu'elle recouvre en Coree. J'ai un camarade coreen en doctorat, et a lui, IMPOSSIBLE de meme lui demander pour lui proposer mon aide: "Est-ce que tu as compris cet article?". Comme me l'avait dit un camarade chinois, la Coree du Sud, qui n'a pas connu la revolution communiste, est restee beaucoup plus traditionnelle que la Chine. D'ailleurs, on voit bien la difference de comportement des etudiants coreens venus etudier en Chine: ils sortent entre garcons et filles le soir, alors qu'en Coree, un garcon ne peut pas sortir seul avec sa petite amie. Les parents surveillent les rencontres.

 

 

Courir apres les critiques

 


Le probleme aussi avec la face, c'est que personne ne me critique. D'un cote, cela peut paraitre rassurant, mais de l'autre, c'est le meilleur moyen de ne pas progresser. Et mon but en venant etudier parmi les etudiants chinois, c'est de progresser et de m'integrer dans la culture.
Meme mes camarades ne me critiquent pas. Je dois les pousser a chaque fois pour qu'ils le fassent. Pourtant, des erreurs monumentales, j'en fais!
L'autre jour un professeur avait fait un cours sur un sujet, et pendant la pause je suis allee regarder le livre qu'il avait ecrit et j'ai commence a faire un commentaire devant un camarade sur le sujet qui etait aborde. Je ne critiquais pas du tout le professeur, par contre je prolongeais le sujet sur un point, et a un moment j'ai dit: "Je ne suis pas d'accord". En France, ce genre de discussion est courante, on utilise un sujet comme appui et chacun donne son avis sur tel ou tel point. Mais en Chine... grossiere erreur!!! Personne ne m'a rien dit, mais j'ai tout de suite senti le probleme a l'atmosphere de malaise qui s'est installee.

Il faut vraiment avoir beaucoup de bonne volonte pour progresser, car c'est epuisant de toujours avoir a se poser des questions sur soi, et de demander aux autres: "Est-ce que ce je pouvais dire ce que j'ai dit? Qu'est-ce que j'ai fait de negatif?"
Quand je pousse mes camarades a me critiquer, ils finissent toujours par me dire: "Ce que que tu as dit/fait, un Chinois ne l'aurait jamais dit/fait". Ce qui signifie bien que mon comportement est encore tres loin d'etre adapte aux regles chinoises de la vie en societe.

 

 

 

Relations et detour: comment exprimer son avis en Chine

 

La possibilite de critique est liee a l'etroitesse des relations

Cependant, tout n'est pas aussi negatif. Mes camarades acceptent deja de me critiquer spontanement sur certains points, par exemple la langue. Par ailleurs cela ne fait que deux mois que nous nous connaissons. Plus nos relations seront etroites, plus nous pourrons etre nous-memes.
Car en Chine, les relations mettent du temps a se mettre en place, et la qualite des relations fait tout.


Le chinois, une langue de la profondeur

Par ailleurs, ce que j'ai decrit ne signifie pas qu'exprimer son avis est impossible en Chine. Souvent, je suis surprise de voir les Chinois parler longuement sur un sujet... sans parvenir a vraiment definir le contenu de ce qu'ils disent, tant les mots sont utilises d'une autre maniere que nous le faisons.
Il me semble que plutot de (de)placer le sens de maniere horizontale, les Chinois le placent dans le sens vertical, et vont en profondeur plutot que sur les cotes. Il s'agirait donc plus de creuser un probleme plutot que de l'elargir.
Ce ne sont que des impressions, je n'ai pas encore envisage ces questions de maniere serieuse.
En tout cas, c'est une des raisons pour lesquelles la maitrise de la langue me semble tant indispensable a l'approche de la culture.



Le chinois, un jeu de construction

En chinois, j'ai cette impression que les caracteres s'empilent et s'encastrent les uns dans les autres comme dans un habile jeu de construction. Il suffit de changer un caractere pour faire varier un peu le sens de la phrase, et finalement, c'est cette variation qui va permettre d'exprimer sa difference.



Exprimer sa difference par l'ecart de la similarite

Quand un superieur parle, tout le monde doit toujours etre d'accord, et rencherir pour maintenir l'harmonie et la cohesion des relations du groupe.
Mais il suffit d'exprimer une infime variation dans le rencherissement pour indiquer un changement minime de direction, et par consequent, un avis tres different. Car en Chine tout est dans l'art du detour, l'on attaque toujours les problemes de biais en contournant l'angle difficile ou peu agreable d'un sujet. Cela s'effectue par l'art de la similarite: on dit quelque chose non pas d'analogue, mais de similaire, c'est-a-dire contenant une petite difference. Cet ECART constitue la marque "personnelle" de l'interlocuteur, et produit (par repercussion?) un effet d'amplitude dans la variation.
Cette caracteristique a laquelle je suis confrontee tous les jours dans ma vie quotidienne a tres bien ete decrite par Francois Jullien dans son ouvrage: Le detour et l'acces, Strategies du sens en Chine, en Grece (que vous pouvez trouver en Livre de poche). J'ecrirai plus tard un article sur cet essai.

 


source de l'image: www.eyes.com.tw

 

 

 

 

 

Par Minglan - Publié dans : La Chine et le chinois
Voir les 0 commentaires
Samedi 29 octobre 6 29 /10 /Oct 00:00

Les roles pendant un repas

Precisions sur les maitres de ceremonie:
le Zhupei et le Fupei

 

 


Entre le chef de classe, le Zhupei (a droite sur la photo),
et le chef de groupe, a ma droite (a gauche sur la photo)

 

 

 

Moins de formalisme, mais toujours les roles


Avant-hier, j'ai encore ete invitee a manger avec mes camarades de MBA. J'en suis deja au cinquieme diner... Il faut dire qu'ils sont nombreux dans la classe, au moins 60. Et puis, j'ai appris avec tristesse que leurs cours de MBA se terminent debut decembre. Nous ne les reverrons plus ensuite, c'est pourquoi ils veulent nous inviter maintenant.

Les regles que je vous avais decrites dans l'article sur les "repas semi-officiels" ont fonctionne cette fois-ci comme pour les precedentes.

Apparemment, j'ai gagne une sacree reputation de "buveuse" aupres du groupe, ce qui est le comble pour moi qui deteste l'alcool! Mais il semble que je tienne suffisamment bien l'alcool pour pouvoir vider et revider mon verre. Du coup, leur estime a mon egard est suffisamment grande pour m'inviter et me reinviter a manger. Tout le monde dans la classe sait apparemment que je peux boire!

Cependant, cette fois-ci les relations s'etablissant au fur et a mesure, le besoin de "bien paraitre" se fait moins sentir, pour eux comme pour moi. Hier par exemple, on a trinque au vin rouge, mais on avait aussi a disposition du the et des jus de fruit.

Par ailleurs, l'ambiance du repas, plus ou moins arrosee, est aussi un choix des "maitres de ceremonie". Ce sont ces roles-la sur lesquels je souhaite revenir, un camarade m'ayant apporte son eclairage a ce sujet.


Les maitres de ceremonie d'un repas

Pendant un repas, il y a deux personnes importantes, dont je vous ai deja parles: la personne principale, et celui qui paie l'addition.


主配, zhupei (je dois verifier que les caracteres chinois sont les bons)

Le Zhupei est la personne la plus importante, celle qui se trouve face a la porte. Dans nos repas, il s'agit generalement du chef de classe, ou du chef de groupe.
Le Zhupei est celui qui a l'initiative du repas et s'occupe de ses invites. Il prononce les discours de bienvenue, anime le repas en evitant que l'ambiance ne retombe, et fait attention a ce que les invites principaux, a sa droite et sa gauche (bon, mon camarade me dit que l'invite de gauche est plus important que celui de droite, mais que quand il y a une femme, l'ordre est toujours: la femme a droite, l'homme a gauche...), aient suffisamment a manger. Ce qui explique que, des que mon assiette etait vide, on s'empressait de me servir un peu de tel plat, de me faire gouter tel autre, de me demander mon avis sur tel autre... 



夫配 fupei (meme remarque pour les caracteres chinois)

Le Fupei s'occupe de toute la partie "technique". C'est lui qui commande les plats, les boissons, et paie l'addition. Il veille au bon deroulement du repas. S'il voit un verre vide avant que les serveurs ne l'aient vu, il s'empresse de le leur faire remarquer, ou parfois va remplir lui-meme le verre (d'apres mes constatations). Il faut surtout veiller a ce qu'on ne manque pas d'alcool pour trinquer! 
Souvent, pour payer, le Fupei va avec le serveur hors de la salle privee ou mange le groupe, pour etre discret.

 

Exceptions ou ajouts


D'apres ce que j'ai vu cependant, certaines parties de ces roles peuvent etre tenues par d'autres personnes.

D'autres personnes endossent le role

Par exemple, je suis toujours situee entre le Zhupei et une autre personne a ma droite, importante: une fois, c'etait le directeur le plus age, hier, mon chef de groupe. Hors cette deuxieme personne s'occupait aussi de me servir, et hier, le Zhupei a invite la personne a ma droite, mon chef de groupe, a faire un discours.


Des representants de representants

Comment s'est effectuee l'invitation au repas?
Hier, un de mes camarades a recu un coup de fil pour nous inviter, nous les cinq doctorants, a manger avec les MBA.
Nous avions rendez-vous a 18h a la porte Est de l'universite avec le 班长, banzhang, chef de classe, qui devait ensuite nous emmener jusqu'au restaurant ou nous allions manger. C'est ce que m'avaient dit mes camarades.

Dans mon esprit, le chef de classe etait la personne la plus importante, donc devait s'asseoir a la place face a la porte. Mais en fait, en arrivant au restaurant, quelle surprise de decouvrir que la personne qui etait venue nous chercher s'asseyait a la place du fupei, la personne qui s'occupe de la partie "technique". Et encore plus surprise quand j'apprends que le Zhupei, donc celui face a la porte, est le "vrai" chef de classe.
Je pose la question a un camarade: "- Mais alors, celui qui est venu nous chercher n'est pas le chef de classe?
- Non, me repond-il, il representait le chef de classe pour venir nous chercher, c'est tout".

Conclusion:
Tout cela est bien complique!
Je n'ai pas fini d'en apprendre et de vous expliquer les regles de la vie en societe en Chine!!

Par Minglan - Publié dans : La Chine et le chinois
Voir les 0 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus